ACTION DIRECTE DE LIBÉRATION MENÉE CETTE NUIT EN SUISSE À L’ABATTOIR DE ROLLE : 18 INDIVIDUS SORTIS DE L’ENFER (VAUD, SUISSE – 27.03.2018)

 

Aujourd’hui, 27 mars 2018, 11 activistes de l’antenne suisse de l’association 269 Libération Animale sont rentrés dans l’abattoir de Rolle dans le canton de Vaud et ont exfiltré 18 cabris destinés au couteau quelques heures plus tard. Les individus ont été acheminés dans des familles d’accueil qui leur rendront leur individualité.

Dans l’industrie laitière les cabris mâles sont considérés comme des déchets car non exploitables comme leurs sœurs et sont donc envoyés très jeunes (à quelques mois) à l’abattoir pour finir notamment en ragoûts et tapis de chalet.

C’est la première fois en Suisse qu’une telle action directe est revendiquée à visage découvert et ce, dans le but d’illustrer la détermination d’un mouvement politique, l’antispécisme, à obtenir gain de justice et de vie pour les autres animaux que l’être humain. Il ne s’agit pas de demander des cages plus grandes ou des mesurettes de “bien être animal” mais d’être simplement en cohérence avec les volontés, les émotions, et la conscience d’eux mêmes des individus sentients. En effet, bien que nous puissions réglementer le meurtre de ces individus de la façon la plus “stricte” qu’il soit, ceux ci demeurent encore qualifiés injustement de biens marchands dans nos lois et finissent tous par être tués contre leur gré. Qu’ils soient capables de ressentir la douleur et que leur existence soit importante à leurs yeux ne fait plus aucun doute aujourd’hui au 21ème siècle. Dans une société qui accorde de plus en plus d’importance à la qualité de vie des animaux dits de “compagnie”, on ne peut que constater que le fossé entre ces individus là et les 65 millions de victimes de la zoophagie annuelles en Suisse ne cesse de se creuser sans aucune raison moralement valable.

Alors, face à l’inertie des pouvoirs politiques sur la question des droits fondamentaux des animaux non humains et au terrible constat que chaque année le nombre de victimes de la consommation humaine augmente, malgré l’essor du mouvement végane, nous avons souhaité agir par nous mêmes et en dehors du cadre de la loi, car celle-ci protège aujourd’hui les industries coupables du véritable crime : le massacre spéciste.
Toutes nos pensées vont vers les victimes que nous n’avons dû laisser derrière nous et qui mourront aujourd’hui pour rien.
Soyons déterminés à changer le cours des vies des animaux, désobéissons !

#OpenRescue
#DirectAction
#269LibérationAnimale

 

Laisser un commentaire